Photographe, reporter, réalisateur … Yann Arthus-Bertrand est un artiste de renom qui a toujours mis son travail, son talent et son énergie au service de la protection de la Planète. Ecologiste convaincu, Yann Arthus-Bertrand préside la fondation GoodPlanet dont la mission est de “placer l’écologie au cœur des consciences et de susciter l’envie d’agir concrètement pour la terre et ses habitants”.

Amoureux de la Terre et de la Vie sur Terre, son livre La Terre vue du ciel est un best-seller mondial. Human, son dernier documentaire sorti en 2015 continue sur le même thème. Il est composé d’images aériennes inédites et de témoignages face caméra qui dresse un portrait de l’humanité d’aujourd’hui (disponible gratuitement en ligne).

Yann Arthus-Bertrand a accepté d’être notre Solar Star et c’est avec beaucoup d’enthousiasme qu’il a répondu à nos questions !

 

Quelle est pour vous l’importance et l’urgence du développement des énergies solaires ?

 

Ce qui est important, ce qui est réel c’est ça : qu’est-ce que je veux faire moi, en tant que citoyen, pour la planète ?

Installer des panneaux solaires, c’est bien, c’est par exemple une action concrète que je peux faire en tant qu’humain pour respecter la Terre. Cela fait partie d’un tout. Globalement, je crois qu’il faut apprendre à regarder le monde avec moins de cynisme et moins de pessimisme parce qu’agir rend heureux !

 

Quelle vision avez-vous du solaire dans 20 ans ?

 

Je sais seulement que les petites actions que je peux faire au quotidien sont les amortisseurs de ce qui va arriver. Le changement climatique est une réalité, même si on coupe tout aujourd’hui, la planète va continuer à se dérégler les 50 prochaines années… Donc il faut arrêter de parler de sauver la planète, ce n’est pas ça qui est en jeu. La planète, avec ou sans nous, elle va continuer à tourner encore des milliers d’années. Ce qu’il faut faire c’est protéger l’espèce humaine. Aujourd’hui on est en train de vivre la 6e extinction. Il y aura toujours de la vie, même après notre disparition mais travaillons à sauver la nôtre !

copyright-erwan-sourget

L’énergie fossile est un sujet préoccupant mais ce qui est important c’est ce que le citoyen peut faire et va faire. Moi, je suis surpris quand je vois la dernière COP22 ou bien même la COP21 : il n’y avait pas un seul responsable politique pour nommer « les énergies fossiles » tout ça parce que l’Arabie Saoudite a exigé de le taire. Alors ils ont parlé de beaucoup d’autres choses ! Franchement, si c’est pas hypocrite, qu’est ce que c’est ? C’est beau la COP mais étant donné qu’il n’y a aucunes contraintes ni aucunes sanctions à l’égard des pays qui ne respectent pas les engagements, ça va pas changer le monde non plus. Moi j’ai arrêté de vouloir faire changer les choses à grande échelle, au niveau national et international. Il faut faire changer les choses à petite échelle, par notre action quotidienne, c’est ça qui marche.

Installer des panneaux solaires c’est très bien quand on a les ressources pour le faire. Mais c’est aussi une question de cohérence après. Si on roule en 4×4 essence à côté, ce n’est pas forcément cohérent…

Je pense à mon projet en ce moment, le documentaire Human, un film sur l’amour des autres. Il faut essayer de réfléchir ensemble : Qu’est ce qu’on peut faire ensemble ? Les problèmes fondamentaux et les défis il y en a plein en ce moment, par exemple la surpêche ou encore les migrants. Les panneaux solaires font partie d‘un tout. Manger moins de viande c’est très important aussi quand on sait les quantités de CO2 rejetées rien que pour la transporter. Ça ne veut pas dire devenir végétarien demain, ça veut dire réfléchir et commencer à agir à mon échelle.

Tout ce qu’on fait reste important, tout ce qui est important est utile. Être un homme c’est ça, c’est donner du sens à sa vie. La sobriété est intéressante dans un monde qui court derrière la croissance. C’est conduire une Zoé ou bien une Tesla ! Je crois qu’il faut arrêter de vouloir toujours en faire trop. Toute notre civilisation est basée sur le plus, sur la croissance : rien n’a plus de la valeur … et tout le monde veut vivre comme nous, c’est dire ! On peut dire que je suis un optimiste soucieux parce qu’il y a quand même beaucoup de défis !

 

Quelle est la première chose qui vous vient à l’esprit avec la phrase « 2-en-1 » ?

 

2 en 1 est un terme qui me fait penser à un couple qui s’aime et qui fait l’amour. S’il y a quelque chose qui sauvera le monde c’est bien l’amour ! Je monte un projet sur les femmes à travers le monde en ce moment. Du fait de leur maternité, elles ont une force supérieure aux hommes. Le monde de demain a besoin de plus de femmes et de plus d’amour.