Traduction de l’article “Renewable Energy’s Next Frontier: Heat” paru le 6 décembre 2016 sur le site de l’Agence Internationale de l’Energie.

Alors que la consommation d’énergie est couramment associée à l’éclairage ou au transport, plus de la moitié de la consommation d’énergie du monde a une simple fonction simple : celle de chauffage. Cela va du chauffage des maisons et des bâtiments, au démarrage de la production industrielle, voire à la cuisson. Et parce que la chaleur est principalement produite par la combustion de énergies fossiles, la production de chaleur représente 39% des émissions mondiales de CO2 liées à l’énergie.

 

La chaleur reste largement sous-alimentée par les énergies renouvelables

Developing countries represent more than 90% of the global growth in water heating demand until 2040 (Photograph: Wikimedia Commons)

 

Pourtant, contrairement à l’électricité ou au transport, la chaleur reste largement sous-alimentée par les énergies renouvelables. La part des énergies renouvelables dans la production d’électricité atteindra 28% en cinq ans, selon les dernières prévisions de l’Agence Internationale de l’Energie. En revanche, la part de la chaleur renouvelable ne devrait atteindre que 8% d’ici à 2021.

Cela signifie qu’il y a un énorme potentiel d’amélioration. Près de 80% de la demande d’énergie dans le secteur des bâtiments est consacrée à la chaleur, mais les énergies renouvelables ne couvrent que 9% de la demande de chaleur, principalement sous forme de bioénergie moderne. Mais les inquiétudes concernant la pollution locale causée par l’utilisation de la bioénergie et les coûts initiaux élevés demeurent de sérieux défis pour un déploiement plus poussé dans ce secteur.

 

La demande de chauffage solaire de l’eau devrait exploser dans les prochaines décennies

Une technologie qui se développe est le chauffage solaire de l’eau, qui devrait représenter la plus forte proportion de croissance de la demande dans les prochaines décennies, selon World Energy Outlook 2016. Grâce à la baisse des coûts et une technologie plus efficace, le chauffage solaire de l’eau a augmenté d’environ 17% par an depuis 2000, bien qu’elle ne représente encore que 6% de la production d’eau chaude dans le secteur des bâtiments dans le monde en 2014.

chaleur renouvelable couts

 Source: World Energy Outlook 2016

Aujourd’hui, le potentiel de baisse des coûts du chauffage solaire de l’eau réside principalement dans l’équipement et la fabrication. Ceux-ci peuvent être améliorés par des économies d’échelle – par exemple par leur utilisation dans le chauffage urbain – des conceptions plus simples, le développement d’une plus grande capacité de fabrication et l’utilisation de meilleures techniques, y compris l’automatisation. Alors que le coût initial est plus élevé que les chaudières à gaz ou électriques, les coûts d’exploitation pour le chauffage solaire de l’eau sont beaucoup plus faibles, même lorsque l’électricité est utilisée comme appoint.

Les pays en développement représentent plus de 90% de la croissance de la demande de chauffage d’eau au cours des 25 prochaines années. Cela est particulièrement vrai dans les régions où les ressources solaires sont considérables et où l’infrastructure électrique est sous-développée.

 

Quelles politiques pour encourager le chauffage renouvelable ?

Les types de politiques nécessaires pour encourager le chauffage renouvelable dépendent en grande partie des caractéristiques du pays. La taxation des énergies carbones peut être une stratégie rentable pour s’éloigner des combustibles fossiles. Cela a été démontré en Suède, où l’introduction de la taxation du carbone en 1991 a conduit le chauffage urbain à passer du mazout à la biomasse.

Certains pays ont également fixé des objectifs pour des types particuliers de technologies de production de chaleur renouvelable. L’Afrique du Sud vise que 5 millions de foyers aient d’eau chaude solaire d’ici 2030. Le plan de développement énergétique 2015 de la Thaïlande inclut des cibles de chaleur pour le solaire thermique, la biomasse, le biogaz et les déchets municipaux.

Bien que les cibles soient importantes pour donner une orientation, leur mise en œuvre dépendra de politiques efficaces. Encore une fois, le paysage mondial des mesures politique en matière de chaleur renouvelable est beaucoup moins étendu que pour l’électricité. La base de données commune sur les politiques renouvelables de l’AIE / IRENA contient 582 instruments politiques en vigueur pour l’électricité renouvelable, mais seulement 158 pour le chauffage et le refroidissement dans 75 pays.

Les gouvernements devront profiter de la baisse des coûts et adopter des politiques qui encouragent le chauffage renouvelable si le deuxième chapitre de l’énergie renouvelable doit être rédigé à temps pour atteindre les objectifs climatiques mondiaux.

Accéder à l’article original (en anglais)