Contrairement à une idée reçue encore très répandue, il est parfaitement possible de consommer en toute légalité l’électricité produite par ses panneaux photovoltaïques. C’est l’autoconsommation.

D‘ailleurs, l’autoconsommation solaire est de plus en plus répandue en France et l’État français l’encourage grâce à une prime. De fait, en 2017, pas moins de 10 000 nouvelles demandes de raccordement en autoconsommation sont déposées selon un rapport de l’ADEME.

Pourquoi un tel engouement ? Premièrement parce qu’il apparait logique de produire et de consommer localement son électricité renouvelable. Deuxièmement, c’est la solution qui permet de réduire ses factures de la meilleure des manières.

Pour tout connaître sur le sujet de l’autoconsommation électrique, suivez le Guide !

 

L’autoconsommation : qu’est ce que c’est ?

Définition : L’autoconsommation est le principe selon lequel, grâce à des panneaux solaires, on peut consommer immédiatement l’électricité produite sur place.

schema autoconsommation solaire

Par contre, l’autoconsommation solaire ne permet pas forcément de couvrir la totalité des besoins. L’autoconsommation électrique se fait donc en complément du réseau électrique auquel il faut se raccorder.

Attention : il ne faut pas confondre l’autoconsommation avec l’autonomie énergétique.

Ici, on parle d’autonomie énergétique lorsqu’on est autosuffisant, sans raccordement au réseau. Par exemple sur les sites isolés qui se situent en haute montagne. À ce moment-là, des batteries solaires viennent compléter l’équipement.

Pourquoi et quand choisir l’autoconsommation ?

Mentionnons que Qualit’EnR a commandé une étude « Quelle place pour les énergies renouvelables chez les Français ? ». Les résultats 2019 du baromètre annuel OpinionWay révèlent que s’ils avaient des panneaux solaires, 88% de Français voudraient consommer leur électricité plutôt que de la vendre. Cette tendance est stable par rapport à l’an dernier.

Partant de là, quel est le bon moment pour passer à l’autoconsommation électrique ? Dès maintenant ! Vous pouvez commencer par vérifier si vous avez une toiture suffisamment bien orientée. Ou alors encore plus simple utiliser notre configurateur (gratuit) MyDualSun.

Cependant, il y a plusieurs motivations possibles pour passer à l’énergie solaire en autoconsommation. Elles sont financières, écologiques, éthiques.

On peut dire que choisir une installation photovoltaïque en autoconsommation permet plus de liberté par rapport aux fournisseurs d’énergie ainsi qu’un bon retour sur investissement.

Ainsi, avec des panneaux solaires en autoconsommation, on peut :

  • S’affranchir de l’augmentation du prix de l’énergie. Donc, devenir moins dépendant de son fournisseur d’énergie.
  • Réaliser d’importantes économies sur sa facture d’électricité en consommant moins d’électricité du réseau.
  • Économiser 600€ sur les frais de raccordement grâce au déploiement gratuit de Linky.
  • Bénéficier d’une prime à l’autoconsommation. Par exemple 390 € TTC par kWc installé pour les installations ≤ 3 kWc.
  • S’offrir la possibilité de revendre le surplus de production. Par exemple, 0,10 € du kWh pour une installation comprise entre 3 et 9 kWc.
  • Utiliser une énergie verte produite localement, et réduire son impact environnemental.
  • Viser l’autonomie complète à l’aide de batteries solaires.

Lire notre article : est-il préférable d’envisager le photovoltaïque en autoconsommation ou bien en vente d’électricité ?

Comment autoconsommer son électricité?

D’abord, pour autoconsommer son électricité, il faut déjà installer des panneaux photovoltaïques ou hybrides sur son toit ou bien au sol. Idéalement côté sud avec 30° d’inclinaison. Une installation à l’est ou à l’ouest est aussi possible, mais moins optimale.

Ensuite, le système de panneaux photovoltaïque en autoconsommation sera branché à des micro-onduleurs ou un onduleur centralisé, plus de détails sur les onduleurs ici. Ceux-ci vont transformer le courant continu des panneaux en courant alternatif. Seul le courant alternatif peut être autoconsommé.

À ce moment-là, un compteur intelligent va pouvoir comptabiliser toute l’énergie produite sur le toit ainsi que celle utilisée sur place. Il faut savoir que depuis le 1er janvier 2017, à chaque nouvelle demande de raccordement solaire, un compteur de type Linky est déployé gratuitement sur place.

linky-autoconsommation

Enfin, un raccordement sera opéré sur le Réseau pour chaque contrat CRAE. Grâce à ce raccordement, il est possible de consommer l’électricité du réseau quand les panneaux ne peuvent pas produire. Par exemple en cas de pluie, ou bien la nuit.

En outre, le raccordement va également servir à injecter le surplus de production solaire. En particulier la journée lorsque la maison est vide et qu’il n’y a pas de consommation d’électricité.

Taux d’autoconsommation et taux de production

Il faut voir ici deux indicateurs utiles pour bien dimensionner une installation solaire avec l’objectif d’en maximiser l’autoconsommation électrique.

D’une part, le taux de production : c’est la part de la consommation électrique du foyer qu’assurent les panneaux solaires. Plus le taux d’autoproduction est élevé, plus on utilise sa propre électricité donc plus on est autonome par rapport au réseau.

Soulignons que le calcul s’effectue selon la formule suivante : Taux de production = production consommée sur place / Consommation électrique totale

Concernant nos panneaux hybrides DualSun, le taux de production est plus important, car ils produisent à la fois de l’électricité et de l’eau chaude. Ils vont donc couvrir la consommation des appareils électriques et permettre de prendre des douches chauffées au soleil. Ils couvrent donc une plus grande part des besoins de la maison.

Exemple pour 6 panneaux à Marseille pour une maison de 4 personnes :

etude de cas marseille 6 panneaux dualsun

Vous aussi dimensionnez votre installation solaire sur notre simulateur !

 

D’autre part, le taux d’autoconsommation : c’est la quantité d’électricité produite par les panneaux réellement consommée dans la maison. En l’ajoutant à la part de production revendue sur le réseau, on retrouve la production totale des panneaux.

Signalons que le calcul d’autoconsommation photovoltaïque est établi selon la formule suivante : Taux d’autoconsommation = Production consommée sur place / Production totale.

Ainsi, plus ce taux est élevé, plus on rentabilise ses panneaux solaires. L’électricité étant plus chère à l’achat par exemple 17,11 c€/kWh en janvier 2020 (Tarif EDF heure pleine + abonnement), qu’à la revente, 10 c€/kWh,  il est plus rentable d’autoconsommer sa propre électricité plutôt que de devoir l’acheter.

En réalité, on observe que le taux d’autoconsommation avoisine les 20% à 30%. Pourquoi si peu ? Car production et autoconsommation ne sont pas forcément synchronisées. En effet, en journée, quand les panneaux solaires produisent les maisons sont souvent vides.

Donc, pour augmenter son taux d’autoconsommation, il faudra modifier ses habitudes de vie et chercher à synchroniser la production solaire avec la consommation.

Synchroniser la production et la consommation de l’électricité

Dans ce cas-là, nous ne sommes plus dans la même logique. Au lieu de mettre en route les machines la nuit pour bénéficier des tarifs en heures creuses, on va au contraire consommer au maximum en journée.

autonsommation-journee

Pour le faire au mieux, des équipements domotiques sont spécialisés dans la gestion de l’énergie. Ils peuvent pousser le taux d’autoconsommation à 70%. À noter que la domotique est éligible au CITE à hauteur de 30 % du montant du système.

Dans le cadre d’un bilan énergétique, on peut également parler du taux de couverture solaire. Il correspond à la part des besoins annuels en énergie couverts par l’énergie solaire. Cela n’a rien à voir avec les indicateurs vus précédemment. Soulevons qu’il se calcule selon la formule suivante : Taux de couverture = Production annuelle / Consommation annuelle.

Autoconsommer avec revente du surplus d’électricité

Il est possible d’autoconsommer son électricité et d’en revendre le surplus depuis le 1er janvier 2017.

autoconsommation-vente_surplus

De toute évidence, cette configuration requiert un raccordement au réseau. En ce domaine, il faut se déclarer auprès d’Enedis et mettre en place un compteur d’énergie double flux de type Linky.

De ce fait, avec cette configuration, à tout moment je peux vendre au réseau mon surplus produit et prendre sur le réseau ce dont j’ai besoin quand je ne produis plus.

Avantages de l’autoconsommation avec vente du surplus

  • Diminution du montant des factures d’électricité
  • Attribution d’un revenu en fonction des kWh vendus à hauteur de 10 c€/kWh il faut cependant s’acquitter d’un abonnement pour l’utilisation du réseau à hauteur de 9€ par an.
  • Perception d’une prime pendant 5 ans. Elle se calcule en fonction de la dimension de l’installation. (Explications plus bas).
  • Exonération pour toute installation en autoconsommation < 1 MW du paiement de taxes comme la CSPE et la TCFE sur les kWh autoconsommés.
  • Pas de frais de raccordement au réseau

Inconvénients de l’autoconsommation avec revente du surplus

Des démarches administratives assez longues

Autoconsommation sans revente du surplus à EDF

C’est l’autoconsommation totale.

Il est à noter que dans cette configuration, on doit intégralement consommer sa production d’énergie, sans pouvoir revendre au réseau le surplus.

autoconsommation-injection-gratuite

Dans ce cas précis, le surplus s’injecte gratuitement sur le réseau. Attention, cela est possible uniquement pour les petites installations < 3 kWc.

Avantages de l’autoconsommation totale

Ils sont identiques à l’autoconsommation avec vente du surplus. S’ajoutent à cela des démarches administratives simplifiées. En effet, le raccordement est plus simple, le surplus n’étant pas comptabilisé. Il s’injecte à titre gracieux.

Inconvénients de l’autoconsommation totale

Prévoir d’investir dans quelques outils de domotiques pour synchroniser production et consommation

Autoconsommer avec des batteries solaires

De nos jours, autoconsommer avec des batteries peut être une alternative.

Par contre, preuve de la nouveauté de ce phénomène, c’est seulement depuis le 10 février 2016 qu’il existe une loi d’autoconsommation photovoltaïque avec stockage. C’est la norme XP C 15-712-3 qui fixe les bonnes pratiques de la filière solaire. Précisons que cette norme vient compléter la série des guides existants sur les installations photovoltaïques (UTE C 15-712-1 et UTE C 15-712-2 de juillet 2013).

Ainsi, pour les sites isolés où il n’existe pas de réseau électrique, l’installation photovoltaïque nécessite un système de stockage sur batterie. D’ailleurs chez DualSun nous avons équipé plusieurs refuges de haute montagne. Par exemple le refuge de l’Arpont ou encore le refuge de Samoëns.

autonomie energetique refuge bostan

En ce qui a trait à ce système, notons qu’il s’alimente en journée pour pouvoir bénéficier de l’électricité le soir et lors des journées sans soleil. Quand l’installation solaire répond à la totalité des besoins énergétiques de la maison, le système peut rendre la maison autonome en énergie. Autrement, un groupe électrogène raccordé aux batteries solaires peut prendre le relais.

Par contre, sans forcément habiter en site isolé, l’option de stockage sur batteries solaires existe pour tous. La batterie solaire va servir à stocker de l’électricité non utilisée au moment de sa production.

Avantages de l’autoconsommation solaire avec batteries

  • Indépendance totale vis-à-vis du réseau
  • Démarches administratives minimes

Précisons ici qu’en l’absence de subvention en France, les batteries solaires sont encore des produits onéreux. En général, le prix varie en fonction de sa composition. Les moins chères sont les batteries à plomb ouvert et les plus chères les batteries Lithium. Autrement, on peut investir dans des batteries gel.

Inconvénients de l’autoconsommation solaire avec batteries

  • Le prix des batteries
  • Les batteries lithium-ion sont peu écologiques
  • La durée de vie des batteries

Outre le prix d’achat relativement élevé, il est à souligner qu’une batterie possède une durée de vie limitée à 7 ou 8 ans en moyenne. Sachant que votre installation solaire peut durer 30 ans, il faudra considérer le fait d’en changer 3 ou 4 fois… C’est vrai que cet aspect peu économique et écologique est actuellement un frein à la généralisation de ce modèle.

Notons que ces installations avec stockage présentent un intérêt certain dans les îles françaises et les ZNI (les Zones Non Interconnectées). Là-bas, la ressource solaire est importante, mais le réseau électrique est isolé.

Lire notre guide des batteries pour panneaux solaires.

Notre avis sur l’autoconsommation avec batteries

Chez DualSun, nous pensons qu’il n’est pas encore logique de posséder un système de stockage. À plus forte raison si le bâtiment est raccordé au réseau public et situé en France métropolitaine.

D’un côté, le stockage coûte encore cher et il faut régulièrement remplacer les batteries. De l’autre côté, l’énergie en France coûte peu cher si on le compare à nos voisins. En outre, notre réseau électrique est très développé.

Aussi, même si ces systèmes avec batteries sont maintenant fréquemment proposés, nous considérons qu’ils ne sont pas encore satisfaisants. À l’heure actuelle, nous pensons qu’il est plus intéressant économiquement et écologiquement de bien dimensionner son installation solaire et d’utiliser le réseau pour le surplus.

Quelles sont les alternatives à l’autoconsommation ?

Examinons les alternatives à l’autoconsommation. C’est la revente totale de l’électricité à votre fournisseur d’énergie.

Dans cette configuration, il n’existe pas de prime à l’investissement. Par contre, vous bénéficiez d’un tarif d’achat bonifié

Ainsi, en vente totale, le prix d’achat du kWh photovoltaïque va dépendre de la puissance de l’installation solaire. Sachez que c’est la Commission de Régulation de l’Énergie (CRE) qui le fixe chaque trimestre. Ainsi, une fois le contrat de raccordement signé, le prix ne bouge plus pendant 20 ans.

En fait, pour les grandes installations, il est plus rentable de revendre son électricité.

Ici, nous pouvons nous arrêter quelques instants sur la distribution de l’électricité. 

Lorsqu’on a des panneaux solaires sur son toit, que l’on choisisse d’autoconsommer ou de revendre, dans tous les cas, les électrons produits seront consommés au plus proche. Donc dans la maison, ou bien au moins dans le voisinage proche. En vérité, l’autoconsommation solaire est déjà une réalité physique totalement décorrélée du contrat choisi !

Les aides de l’État pour l’autoconsommation (2020)

En réalité, il a fallu attendre l’arrêté tarifaire du 9 mai 2017 pour voir enfin une prime à l’autoconsommation.

Cette prime d’autoconsommation photovoltaïque est liée au contrat CRAE signé lors de l’installation solaire. Sachez qu’elle est versée 1 fois par an pendant 5 ans par EDF OA. En outre, s’ajoutent à cela le tarif d’achat associé à la vente du surplus photovoltaïque et l’ exonération pour toute installation < 1 MW du paiement de la CSPE et la TCFE sur les kWh autoconsommés.

Mais cette aide de l’État pour autoconsommer varie selon les types d’installations. Voici les derniers tarifs connus au cours du 1er trimestre 2020 (jusqu’au 31 mars) que nous détaillons ici :

  • Pour les installations ≤ 3 kWc : prime de 390€ TTC par kWc installé + 0,10€ par kWh de surplus vendu.
  • De 3 à 9 kWc : 290€ TTC de prime par kWc installé + 0,10€ par kWh de surplus vendu.
  • De 9 à 36 kWc : prime de 180€ TTC par kWc installé + 0,06€ par kWh de surplus vendu.
  • De 36 à 100 kWc : 90€ TTC de prime par kWc installé + 0,06€ par kWh de surplus vendu.

Pour connaître toutes les aides associées aux panneaux solaires, consultez notre guide : Aide et Subvention pour Panneau Solaire

Dimensionner une installation solaire en autoconsommation

En règle générale, le juste dimensionnement est une des clés pour bien autoconsommer, c’est-à-dire, nous l’avons vu, optimiser le taux de production. Il n’existe pas une solution standard sur le nombre de modules solaires à installer sur votre maison. En effet, cela va dépendre :

  • De la façon dont vous souhaitez consommer votre production solaire
  • De vos besoins énergétiques.

Bien dimensionner son installation solaire c’est éviter d’acheter trop de panneaux et de matériel. Donc, garder une installation photovoltaïque en autoconsommation à un prix raisonnable. Ne produire ni trop ni trop peu.

Le but est de rentabiliser votre installation solaire au plus vite.

bien dimensionner installation solaire

Sachez qu’avec les panneaux solaires hybrides DualSun on gagne en moyenne 3 ans de temps retour sur investissement.

À ce sujet, nos ingénieurs ont développé le simulateur gratuit MyDualSun. Cet outil vous aide à dimensionner parfaitement votre installation solaire, et vous met en relation avec un installateur solaire agréé. Réalisez en quelques minutes une étude personnalisée gratuitement.

Les démarches administratives pour une installation en autoconsommation

Parallèlement à l’achat des panneaux solaires, des démarches administratives et autorisations sont à prévoir.

La déclaration préalable de travaux (CERFA 13703 disponible en téléchargement) ou autorisation d’urbanisme.

 

Notez qu’elle est obligatoire pour toute installation supérieure à 1.80m de haut. Elle n’est pas obligatoire en cas d’installation au sol ≤ 3kWc.

Dans le cas d’une construction neuve, la demande doit être incorporée au permis de construire. A cette déclaration devront être ajoutée :

  • Le plan de masse de l’implantation des panneaux solaires. Consultez-le ici.
  • Les plans du toit et des façades de la maison. Téléchargez vos plans officiels ici.
  • Une simulation de l’aspect de votre toit avec les panneaux. Vous pouvez réaliser vos simulations sur papier libre ou bien à l’aide de logiciel comme Paint ou Patina.
  • Des photos de la maison dans son environnement proche et éloigné.

Un fois complet, le dossier est à déposer en mairie auprès du service de l’urbanisme (sur rendez-vous). C’est la solution la plus efficace, car si votre dossier est incomplet, vous le saurez immédiatement grâce à l’agent de mairie. Autrement, vous pouvez l’envoyer en recommandé avec AR.

Le délai d’examen de la demande est fixé à 1 mois. Sans réponses dans ce délai, la demande est acceptée.

  • La demande de raccordement au réseau. Elle est obligatoire pour tous les contrats CRAE (donc pour l’autoconsommation avec vente du surplus, mais pas pour l’autoconsommation totale).
  • Enedis va adresser une proposition faisant office de devis. Un délai de 3 mois est fixé pour accepter. Cela débouche sur l’installation gratuite du compteur Linky.
  • L’attestation de conformité du Consuel. Elle se sollicite une fois l’installation de production solaire effectuée. Le Consuel est l’organisme qui certifie officiellement si l’installation est conforme aux normes de sécurité.
  • Signature d’un contrat avec EDF OA pour obtenir la prime à l’autoconsommation et pour revendre le surplus électrique (à compter de la date de mise en service du raccordement). Chez EDF l’autoconsommation est obligatoire via  le dispositif OA c’est-à-dire Obligation d’Achat.

La rentabilité de l’autoconsommation photovoltaïque : Étude de cas

Vous trouverez dans cette partie des chiffres qui expliquent la rentabilité d’une installation en autoconsommation avec vente de surplus. Pour une autoconsommation simple avec des panneaux photovoltaïques classiques. (Vous trouverez plus bas le même travail fait pour de la double autoconsommation, avec des panneaux hybrides.)

Pour information, en 2020, le surplus d’électricité était vendu 10 c€/kWh

efficacite energetique

Hypothèses :

  • Installation photovoltaïque en autoconsommation de 3kWc, située à Marseille. 10 panneaux solaires photovoltaïques d’une puissance de 300Wc chacun.
  • Coût total matériel et pose inclus, entre 7 000€ et 10 000€ TTC après déduction de la prime à l’autoconsommation.
  • 4 personnes vivent dans la maison. La consommation électrique s’élève à 3 200 kWh/an hors chauffage et eau chaude selon l’ADEME.
  • D’après nos simulations sur MyDualSun, l’installation aura produit 4 743 kWh en une année.
  • Considérons un taux d’autoconsommation normal pour cette configuration qui serait autour de 40% : 4 743 kWh x 40 % = 1 897 kWh qui sont consommés dans la maison

Productions et Économies :

  • Avec un tarif d’achat de l’électricité en heure pleine de 17 c€/kWh, les économies annuelles sur l’électricité sont de 1 900 kWh * 0,17 €/kWh = 323€.
  • Le reste, 4 743 – 1 897 = 2 846 kWh, est revendu sur le réseau à 10 c€/kWh soit 2 846 kWh x 0,10 €/kWh = 285 € de revenus annuels. Si on soustrait les frais d’abonnement au réseau, on arrive à un revenu net de 276 €.
  • Au total, l’installation rapporte donc 323 + 276 = 599 € la première année.

Le prix des énergies augmente chaque année. Nous avons pu le constater récemment avec une hausse de 5.9 % le 1er juin 2019. L’ADEME estime que le prix des énergies va augmenter de 3% dans les prochaines années selon une hypothèse basse.

La production solaire est elle quasiment constante même si une légère baisse est à observer du fait du vieillissement des cellules photovoltaïques.

Plus d’informations sur le vieillissement sur notre article le rendement et la production d’un panneau solaire.

L’installation solaire va donc permettre de stabiliser le prix de vos énergies. En cumulé, elle va produire 111 726 kWh sur 25 ans, ce qui correspond à la durée de garantie des panneaux.

Le prix du kWh produit est ainsi compris entre 6 et 9 c€ suivant le prix de base de l’installation. Il restera inchangé pendant 25 ans là où l’électricité du réseau coûte déjà 17 c€/kWh et va augmenter de 3% par an. Le montant des économies va donc augmenter chaque année !

Sur 25 ans, l’installation aura généré 16 300€ de revenus en cumulant les économies et les revenus du contrat de revente sur 20 ans. L’installation s’est donc rentabilisée et a généré de 6 300€ à 9 300€ de bénéfices, bénéfices qui sinon aurait été payés en facture.

Cette famille aurait donc perdu de l’argent à ne pas installer de panneaux solaires !

L’installation continuera à produire ensuite. La durée de vie moyenne d’un panneau solaire est plutôt de 40 ans. Elle va de plus améliorer le Diagnostic de Performance Energétique (DPE) de la maison et donc augmenter la valeur de celle-ci.

La Double Autoconsommation avec les panneaux hybrides DualSun

Avec nos panneaux solaires hybrides DualSun, à la fois photovoltaïques et thermiques, nous proposons la double autoconsommation : 

  • Autoconsommation photovoltaïque pour la maison
  • Autoconsommation thermique pour l’eau chaude sanitaire ou la piscine

La face avant des panneaux hybrides, identique à un panneau photovoltaïque, va produire de l’électricité. Le panneau hybride va produire plus d’énergie, car il est refroidi. 

En effet, le rendement des panneaux solaires photovoltaïques diminue lorsque leur température augmente. 

Les panneaux hybrides possèdent un échangeur thermique en face arrière qui va faire baisser leur température en récupérant la chaleur émise par les cellules photovoltaïques. Cette chaleur est ensuite transférée dans un ballon d’eau chaude ou dans une piscine.

Toute la production thermique des panneaux est autoconsommée. Le taux d’autoconsommation est de 100 % sur la partie hydraulique.

Dans le cas de chauffage d’eau chaude sanitaire. Le ballon d’eau chaude est un système de stockage, il fonctionne pour comme une batterie pour stocker la chaleur.

Dans le cas d’une piscine, la pompe de filtration envoie l’eau de la piscine dans les panneaux dès que leur température est supérieure à celle de la piscine.

Le taux de production d’une installation hybride est bien plus élevé si on compare à une installation photovoltaïque simple. Rappelons encore que le taux de production est la quantité d’énergie produite réellement autoconsommée dans la maison. Les panneaux hybrides permettent donc une bien meilleure autonomie.

La rentabilité de la double autoconsommation hybride : Étude de cas

Vous trouverez dans cette partie des chiffres qui expliquent la rentabilité d’une installation hybride en double autoconsommation avec des panneaux hybrides DualSun avec vente de surplus.

Hypothèses :

  • Une installation hybride en autoconsommation de 6 panneaux Spring, située à Marseille, relié à un ballon d’eau chaude.
  • La puissance crête installée est de 310 Wc x 6 = 1,86 kWc et la puissance thermique 404 Wth x 6 = 2,42 kW
  • Cette installation coûte au global, matériel et main d’oeuvre inclus, entre 8 500€ à 10.500€ TTC après déduction des aides, plus d’informations sur les aides disponibles sur le solaire hybride ici.
  • 4 personnes vivent dans la maison. La consommation électrique s’élève à 3 200 kWh/an hors chauffage et eau chaude selon l’ADEME.
  • La consommation d’eau chaude est d’environ 50 litres/personne/jour à 50 °C toujours selon les hypothèses ADEME. Cela représente environ 3 600 kWh de besoin thermiques. Pour cet exemple, nous considérons que la famille chauffe son eau avec un ballon électrique.
  • Considérons un taux d’autoconsommation électrique normal pour cette configuration qui serait autour de 60% : 2.994 kWh x 60 % = 1 796 kWh sont consommés dans la maison

mydualsun-solaire-bilan-economique

 

Production et Économies :

MyDualSun nous permet de faire la simulation suivante :

  • L’installation aura produit 2.994 kWh d’électricité et 1.989 kWh de chaleur en une année soit 4.983 kWh au global.
  • On remarque qu’une installation de 6 panneaux hybrides produit plus d’énergie cumulée qu’une installation de 10 panneaux photovoltaïques.
  • Avec un tarif d’achat EDF de l’électricité en heure pleine de 17 c€/kWh, les économies annuelles sur l’électricité sont donc de 1 796 kWh * 0,17 €/kWh = 305€.
  • Le reste, 2 994 – 1 796 = 1.198 kWh, est revendu sur le réseau à 10 c€/kWh soit 1.198 kWh x 0,10 €/kWh = 120€ de revenus annuels. Si on soustrait les frais d’abonnement au réseau, on a un revenu net de 111€.
  • L’installation produit 1.989 kWh thermiques et 100 % de cette production est consommée. Si nous considérons qu’avant l’installation l’eau était chauffée la nuit par la résistance électrique, nous allons donc valoriser ces 1 989 kWh au tarif heure creuse d’EDF soit environ 14 c€/kWh. Les revenus liés à la production thermique s’élèvent donc à 1.989 kWh x 0,14 €/kWh = 279€.
  • Au total, l’installation rapporte donc 305 + 111 + 279 = 695€ la première année.
  • Suivant le même mécanisme d’augmentation des prix de l’énergie vu dans la précédente étude de cas, ces économies vont augmenter grâce au fait que l’énergie produite par les panneaux DualSun a un prix constant. Si l’on considère que l’installation produit 120.252 kWh sur 25 ans et qu’elle a coûté entre 8 500 et 10 500 €, le prix constant du kWh DualSun coûte entre 7,1c€/kWh et 8,7 c€/kWh.

Sur 25 ans, l’installation va donc rapporter 22.749€ en cumulant les économies sur l’électricité, l’eau chaude et les revenus du contrat de revente sur 20 ans. L’installation s’est donc rentabilisée et a généré de 14.250€ à 12.250€ de bénéfices, bénéfices qui sinon aurait été payés en facture !

Cette famille aurait donc perdu 12.200€ en 25 ans si elle n’avait pas installé de panneaux DualSun.

 

bilan_energetique_myds

 

L’installation continuera à produire ensuite à la fois sur la partie thermique et photovoltaïque. Même s’il est plus cher à l’achat, le panneau hybride se rentabilise plus vite et mieux que le solaire photovoltaïque, car il permet une plus grande autonomie. Il permet à la maison d’accéder à des certifications plus ambitieuses en termes d’efficacité énergétique, BEPOS par exemple, et donc de mieux la valoriser que des panneaux photovoltaïques normaux.

 

Pour poursuivre votre lecture, nous vous conseillons :

Le tarif de rachat photovoltaïque

Aides et Subventions Panneau Solaire

Est-il légal de produire son électricité soi-même son électricité ?