Enquête : Le constructeur aura bientôt transformé son siège social en bâtiment à énergie positive. Un chantier de quatre ans pour faire de cet édifice l’étendard de son savoir-faire.

Logo Usine NouvelleEn imposer ! Le but saute aux yeux du visiteur qui parcourt la large allée qui mène, entre jardins à la française, bassins et énormes coupoles vitrées, au siège de Bouygues Construction, à Guyancourt (Yvelines). Et il est revendiqué ! Bâti en 1988 au cœur d’un site de 30 hectares proche du parc du château de Versailles, le vaisseau amiral du constructeur, baptisé Challenger, devait être la “vitrine majestueuse” des savoir-faire d’un groupe qui s’est lancé à l’assaut de l’international. Vingt-cinq ans plus tard, sous un soleil printanier, les ouvriers qui pointent leurs casques par-dessus le parapet du toit-terrasse en témoignent : la vitrine est en chantier. Objectif : sa rénovation énergétique.

La transformation de ce site de 65 000 mètres carrés ne fait pas dans la demi-mesure. “Nous ne conservons que l’armature de béton, les faux planchers et l’installation électrique basse tension. Tout le reste est changé”, résume Jean-Charles Bertrand, le porte-parole de Challenger. Et pour cause. En 2008, la vitrine fait figure de passoire thermique avec une consommation de 300 kWh/m2/an. Peu flatteur alors que Bouygues place au même moment la construction durable au cœur de sa stratégie. Décision est donc prise de faire de Challenger un démonstrateur des savoir-faire du groupe en matière de rénovation. “Il s’agit de montrer que l’on sait parvenir à de hautes performances énergétiques sur un site occupé en respectant l’architecture d’origine”, précise Jean-Charles Bertrand.

Le chantier démarre en 2010. Le premier bâtiment rénové, livré début 2012, a été le premier au monde à recevoir la triple certification de qualité environnementale HQE-Leed-Breeam. Challenger devrait devenir un bâtiment à énergie positive à la fin des travaux au mois d’août. C’est aujourd’hui à l’aile nord-est de faire peau neuve.

[…] Depuis le lancement du projet, le groupe a été chercher ou a stimuler les meilleures technologies pour sa vitrine. “Nous avons repéré une start-up, DualSun, qui avait développé une technologie fiable de panneau solaire hybride photovoltaïque et thermique. Nous avons travailler à adapter leur produit à Challenger et à l’industrialiser” raconte Marc Sarniguet. Ainsi 180 de ces panneaux couvriront les toits-terrasses. “Les 25 premiers arrivent aujourd’hui”. Ils s’ajouteront aux quelques 25.000 mètres carrés de panneaux photovoltaïques qui prennent leurs aises dans le parc, protégés des oies par un “effaroucheur”, un haut parleur diffusant des cris d’oiseaux en détresse. Panneaux classiques ou semi-transparents, tracker fixe ou variable… le groupe a multiplié les technologies pour les systèmes solaires comme pour l’ensemble du chantier.

[…]

Par par Manuel Moragues – Publié le  | L’Usine Nouvelle n°3372

Accéder au PDF de l’article