Réponse à vos questions techniques fréquentes

Si on monte haut en température, est-ce qu’on réduit le rendement des cellules photovoltaïques ? Il n’y a pas de système « autovidangeable » dans le DualSun, est-ce un problème ? Ne risque-t-on pas de faibles performances en hiver ? Quels risques court-on à mélanger de l’eau et de l’électricité ? Est-ce vraiment fiable de coller ensemble deux systèmes séparés ?

Nous entendons souvent ce genre de questions à propos de notre panneau solaire PV-T ; elles sont tout à fait légitimes et nous nous les sommes bien sûr déjà posées ! Le panneau DualSun a été conçu dès le départ comme un panneau hybride à part entière et toutes ces contraintes ont donc été traitées d’une manière globale afin d’optimiser la performance du panneau et de garantir sa fiabilité dans le temps.

Nous répondons ci-dessous à chacune des questions fréquentes que vous nous avez posées afin de vous démontrer que les choix techniques qui ont été fait à la conception du panneau garantissent une sécurité maximale.

 

Si on monte haut en température, on réduit le rendement des cellules photovoltaïques, n’est-ce pas ? Et comment gérer la surchauffe en été, s’il n’y a pas de système autovidangeable ?

Nous avons cherché le meilleur compromis entre le chauffage de l’eau et le refroidissement des cellules. Le panneau DualSun possède l’avantage d’avoir une température de stagnation “basse” à 75°C (idem pour un panneau photovoltaïque standard), ce qui permet, en été, de ne pas avoir d’impact négatif sur le rendement photovoltaïque des panneaux.

En fait, en moyenne sur l’année, un panneau DualSun produira de 5% à 15% plus d’électricité qu’un panneau photovoltaïque standard grâce au refroidissement des cellules. Nous observons ces valeurs sur toutes les installations DualSun qui sont équipées de micro-onduleurs ou d’optimiseurs. C’est donc une donnée « terrain » qui se confirme avec toutes nos installations.

Les systèmes autovidangeables ont été développés essentiellement pour gérer les problèmes liés à la surchauffe l’été des panneaux thermiques classiques (qui, rappelons le, ont tendance à monter au-dessus de 150°C l’été). Avec cette température de stagnation basse à 75°C, il n’y a pas de risque de surchauffe sur le panneau DualSun l’été et les systèmes autovidangeables se révèlent donc moins indispensables pour les panneaux DualSun.

NB) Un article de blog a été rédigé spécifiquement sur ce sujet ; vous comprendrez notamment pourquoi on ne dépasse pas les 75°C dans les panneaux DualSun. Nous vous invitons à consulter notre FAQ

Du coup, en hiver le rendement thermique est mauvais ?

Le choix que nous avons fait implique que le rendement thermique du DualSun est un peu moins bon que les panneaux thermiques standards car on isole moins que les panneaux thermiques. Mais ces moins bonnes performances thermiques ne sont pas pour autant rédhibitoires : on peut par exemple compenser par une plus grande surface de panneaux installés (En CESI, il faut compter 2m2 de DualSun pour 1m2 de thermique classique), ou encore par un couplage intelligent avec une pompe à chaleur.

Ce n’est pas plus astucieux de faire du chauffage au lieu de faire de l’ECS étant donné que les besoins sont plus importants ?

Non, au contraire. D’une manière générale, utiliser le solaire pour faire du chauffage nous semble moins pertinent par rapport à l’utiliser pour chauffer l’eau chaude sanitaire. En effet, le chauffage est un besoin que l’ont ressent en grande partie pendant l’hiver, là où l’énergie solaire est justement la moins disponible. Selon nous, les besoins en chauffage d’un habitat peuvent d’abord diminuer avec une bonne isolation des fenêtres par exemple.

Les besoins en ECS sont quant à eux constants pendant l’année. Une solution hybride à eau qui répond aux besoins en ECS est dans ce sens, plus pertinente. Les besoins étant constants sur l’année, il n’y a pas besoin de sur-dimensionner le nombre de panneaux, ce qui est en général le cas pour une installation avec laquelle on veut faire du chauffage.

Pour vous donner un exemple, une installation DualSun peut couvrir jusqu’à 65% des besoins en ECS en moyenne sur un an.

Ce n’est pas dangereux de mélanger l’eau et l’électricité, surtout en cas d’une fuite ?

Notre échangeur thermique a été spécialement conçu en inox, justement pour répondre à cette problématique de contact eau/électricité. De plus, le panneau DualSun est soumis à des contrôles d’étanchéité très stricts lors de sa fabrication. Nous avons aussi passé de nombreux essais de vieillissement qui nous permettent d’être certains qu’il n’y aura pas de problème de fuite de l’échangeur avec le temps.

En outre, la boîte de jonction et les câbles de la partie PV sont complètement étanches (IP 67), et il y a plusieurs couches isolantes électriques entre les cellules et l’eau.

Deux systèmes différents (PV et T) vont forcement réagir différemment dans le temps et du coup réduire la durée de vie du système globale ?

Nous avons aussi choisi de réaliser notre échangeur thermique avec un inox qui possède un coefficient de dilatation très proche de celui du verre (qui constitue la face avant du module photovoltaïque). Ce choix d’inox assure non seulement une robustesse incomparable, mais aussi un comportement homogène entre les parties thermique et photovoltaïque du panneau pour garantir une durée de vie optimale.

DualSun peut-il être couplé avec d’autres systèmes, comme une PAC par exemple ?

Oui, tout-à-fait. Il est possible de coupler une installation DualSun avec une PAC eau-eau, ce qui est particulièrement intéressant pour les projets collectifs. Nous avons d’ailleurs plusieurs installations dans cette configuration. Nous développons notamment une offre avec la société Heliopac pour les logements collectifs, ou encore avec le système 2sol pour le chauffage par géothermie des maisons individuelles.

 

Avez-vous d’autres questions sur la performance ou fiabilité du panneau DualSun? N’hésitez pas à nous contacter pour consulter notre documentation technique pour plus d’information, ou contactez-nous sur notre hotline technique pour vos réponses techniques en live.