Avoir un compteur qui tourne à l’envers, voilà une idée qui traverse l’esprit de nombreuses personnes équipées de panneaux solaires… Est-ce que c’est possible en France ? Est-ce que c’est légal ? Nous faisons le point ici.

Photovoltaïque et compteur qui tourne à l’envers en France

Ici, il faut distinguer plusieurs choses :

  • Trafiquer son compteur pour le faire tourner à l’envers ou le ralentir.
  • Le faire tourner à l’envers quand on injecte de l’électricité sur le réseau.

Parlons du fait de trafiquer son compteur mécanique (à disque). C’est-à-dire le ralentir volontairement afin de réduire sa facture. On pense à la technique de l’aimant placé au-dessus par exemple. Ou bien à l’aiguille coincée qui ralentit la roue.

Ce sont des pratiques évidemment illégales et interdites. Nous détaillons plus bas pourquoi.

Par ailleurs, il peut arriver qu’un compteur tourne à l’envers à cause d’une défaillance ou d’un mauvais branchement. À ce moment-là, il faut contacter le gestionnaire du réseau ENEDIS qui enverra un technicien.

Parlons ensuite du fait d’avoir un compteur qui tourne à l’envers grâce à la production de ses panneaux solaires. C’est une pratique possible, mais illégale et interdite en France, voici pourquoi.

Qu’est-ce qu’un compteur qui tourne à l’envers ?

Seuls les anciens compteurs mécaniques à disques peuvent tourner à l’envers.

Quand il est en mode de consommation électrique normal, c’est-à-dire quand il reçoit de l’électricité pour alimenter la maison, le compteur tourne en sens anti horaire. On dit qu’il tourne à l’endroit.

Au contraire, quand de l’énergie électrique venant de la maison est injectée sur le réseau, le compteur tourne mécaniquement à l’envers. Il tourne donc dans le sens des aiguilles d’une montre. On doit déclarer obligatoirement ce qu’on injecte sur le réseau.

Avec les coûts de l’électricité en hausse constante, cette pratique illégale serait de plus en plus avantageuse sur le long terme. Lisez notre article sur l’augmentation du prix de l’électricité en France. D’ailleurs, avec Linky, la détection d’une anomalie comme la chute de tension ou la baisse anormale de consommation est immédiatement transmise à ENEDIS. À ce jour, on ne connaît aucune technique de piratage.

Pour plus de détails sur le compteur communicant Linky, consultez l’article : Linky et le solaire, quoi de nouveau ?

Pourquoi est-il interdit d’avoir un compteur qui tourne à l’envers ?

Parce qu’en France aujourd’hui le coût de l’électricité achetée sur le réseau est plus élevé que le tarif de rachat de l’électricité produite localement et injectée sur le réseau. C’est la raison pour laquelle avoir un compteur qui tourne à l’envers léserait ENEDIS de plusieurs centimes par kWh.

Imaginons que je consomme 1000 kWh et que mes panneaux solaires photovoltaïques produisent 500 kWh.

Dans le cas d’un compteur qui tourne à l’envers, j’injecte illégalement 500 kWh sur le réseau. Le compteur comptabiliserait donc 500 kWh au lieu de 1000 kWh pour ma consommation. En France, le tarif réglementé de l’électricité est de 15,31 c €/kWh pour un compteur 6 kVA. Je paye donc finalement 76,55 € c’est-à-dire 500 kWh au prix de l’électricité à 15,31 c €/kWh.

Sans fraudes, le montant à payer pour ma consommation est de 0,1531 x 1000 kWh = 153,10 €.

EDF valorise le surplus de production de mes panneaux solaires photovoltaïques en autoconsommation à 10 c €/kWh.

En produisant 500 kWh, je gagne donc 500 x 0,1 = 50 €. Au total, ma facture s’élève donc à 153,10 € — 50 € = 103,10 €.

Pour résumer, je paye 76,55 € quand je fraude. Mon installation solaire est alors non déclarée et non assurée. Je paye 103,10 € quand j’agis dans la légalité. J’obtiens les aides de l’État pour mon installation et mon contrat fixe le prix de l’électricité pour 20 ans.

Lire notre article : Guide : Aide et Subvention pour Panneau Solaire en 2019

Vous avez besoin de plus d’informations sur les tarifs pour l’autoconsommation et la vente de surplus ? Lire notre article : le tarif de rachat photovoltaïque.

Un raccordement obligatoire

Nous l’avons vu, certaines personnes aimeraient que pour le photovoltaïque, le compteur tourne à l’envers en France.

Pourquoi ? Pour payer moins cher leur électricité consommée. Mais aussi pour se rendre indépendant d’ENEDIS avec une installation en autoconsommation totale. C’est-à-dire sans vente de surplus.

Pour s’en prémunir, ENEDIS rend le raccordement obligatoire pour les contrats CRAE (Contrat de Raccordement d’Accès au réseau et d’Exploitation). C’est le contrat qui permet d’injecter l’électricité sur le réseau.

Quoi qu’il en soit, à chaque nouvelle déclaration d’installation solaire, les compteurs sont remplacés gratuitement au profit des nouveaux compteurs électriques communicants. Le compteur Linky par exemple.

« Avoir un compteur qui tourne à l’envers est illégal. De plus, se déclarer auprès d’ENEDIS permet de bénéficier d’un compteur intelligent qui réduit à zéro le coût de raccordement pour réinjecter son surplus pour une puissance inférieure à 36 kVA ». Interview de Richard Loyen pour DualSun. Richard Loyen est délégué national d’ENERPLAN, le syndicat des professionnels de l’énergie solaire.

Quelles sanctions pour les propriétaires d’un compteur qui tourne à l’envers ?

Donc, quand on installe des panneaux solaires, nous avons vu qu’il était illégal de faire tourner son compteur à l’envers.

Sur un plan commercial, le fraudeur devra s’acquitter de la facture de régularisation pour la consommation non payée. Attention, en cas d’enquête judiciaire si la fraude est reconnue, le fraudeur sera redevable de l’entièreté des consommations, abonnement compris.

Le fraudeur devra également s’acquitter d’une pénalité pour le déplacement du technicien et la constatation de la fraude.

Comment autoconsommer l’électricité produite par ses panneaux ?

Être équipé d’un compteur double flux

Il est bon de savoir que sur une installation existante on peut autoconsommer avec un compteur traditionnel s’il est déjà en place et s’il répond aux spécificités de puissance. Mais il ne permet pas de comptabiliser automatiquement les flux d’électricité de l’installation photovoltaïque. Par là, on entend la production, la consommation dans la maison ou encore l’injection de surplus sur le réseau…

Pour compter automatiquement les flux qui arrivent dans la maison et les flux qui repartent, il convient d’être équipé d’un compteur double flux tel que le compteur Linky. Les tarifs associés peuvent donc être appliqués directement.

Par contre, tout raccordement d’une nouvelle installation passe obligatoirement par l’installation d’un compteur de type Linky.

Établir un contrat avec ENEDIS

Il faut savoir qu’une installation photovoltaïque permet l’utilisation de l’électricité selon trois configurations différentes :

  • La vente totale de l’électricité au réseau
  • L’autoconsommation avec vente du surplus non utilisé
  • L’autoconsommation totale

À chaque fois, il y a une obligation de déclarer à ENEDIS tout nouveau branchement sur le réseau.

Prenons le cas d’une installation en vente totale ou en autoconsommation avec vente du surplus. Jusqu’il y a peu, il fallait des compteurs spécifiques permettant un double échange de flux électrique (énergie et puissance) avec suivi en soutirage et injection réseau. Cette fonction est désormais remplie par le compteur Linky. En outre, alors qu’auparavant le prix du raccordement variait de 600 à 1200 €, le raccordement est désormais gratuit.

Pour poursuivre votre lecture :